Emmanuel Astier    Naturopathe – Hypnothérapeute – Formateur

Bol d’Air Jacquier

bol jaquier

 

 

 

Conscient du fait que la simple augmentation de la quantité d’oxygène respiré n’est pas la solution, René Jacquier cherchait un support naturel, facilement accessible, transformable en porteur d’oxygène et connu de manière suffisamment universelle pour que l’ancienneté de son usage soit le garant de son innocuité.

Constatant que depuis l’antiquité, les lieux de santé se trouvent au sein des forêts de pins et de sapins et d’observations en expériences, René Jacquier trouve dans les essences de résines de pin la réponse à ses questions. Les terpènes et notamment les alpha et béta pinènes sont les molécules aromatiques les plus répandues dans la nature.

Elles sont partout dans la campagne mais particulièrement dans les forêts de résineux. Lorsqu’elles sont péroxydées par le soleil et dans certaines conditions météorologiques, elles deviennent des catalyseurs d’oxygénation. Le Bol d’air Jacquier® tire son appellation de cette particularité. Il reconstitue un air enrichi en transporteurs naturels d’oxygène, tels qu’il en existe de façon concentrée sur la canopée des forêts de pin. C’est un Bol de santé.

Le Bol d’air® ne produit pas d’oxygène et c’est là son avantage. Il n’entraîne pas d’hyper-oxygénation et favorise l’oxygénation tout en augmentant la capacité de défense anti-radicalaire (Travaux de l’Université de Bourgogne). Cette approche n’est en rien comparable à une oxygénation quantitative, qui présente un risque radicalaire.

Seule la partie volatile d’une oléorésine (issue de la résine) de pin, Pinus Pinaster, peut être utilisée. Par peroxydation, celle-ci acquiert des propriétés bénéfiques nouvelles, dont la principale est de stimuler l’oxygénation cellulaire de façon équilibrée et durable.

Il ne s’agit donc pas d’une aromathérapie classique… La plupart des huiles essentielles devenant pro-oxydantes par peroxydation. Le procédé est unique et reproduit un phénomène naturel complexe.

QUAND LA RECHERCHE DÉMONTRE LE POTENTIEL DU BOL D’AIR®

recherche_baj
Bol d’Air® et oxygénation

Béatrice Mercier, PhD en Sciences de la vie et en Biochimie de l’Oxygénation Cellulaire, a réuni une bibliographie considérable sur l’oxygénation cellulaire, le rôle des essences terpéniques et les avantages de la forme tétravalente de l’oxygène générée par le Bol d’Air Jacquier®. Sa thèse, soutenue à l’Université de Bourgogne en 2008, approuvée par un jury prestigieux, a ouvert de nouvelles perspectives à cette méthode unique d’oxygénation tissulaire. Elle poursuit ses observations sur le Bol d’Air® en relation avec plusieurs équipes de chercheurs dans plusieurs pays d’Europe.

Bol d’Air® et radicaux libres

Entre 2003 et 2008, des observations scientifiques, réalisées à la Faculté Gabriel de Dijon, ont mis en évidence le rôle du Bol d’Air® dans l’augmentation de la capacité anti-radicalaire des organismes, in vivo et ex vivo. Il ne s’agit pas d’ingérer une forme spéciale de complément alimentaire, mais de générer une réaction organique lors des inhalations Bol d’Air®.
Ainsi la méthode est à la fois oxygénante et non oxydante alors que l’augmentation d’oxygène, couramment utilisée dans d’autres méthodes, comporte le risque de générer un stress oxydatif de la cellule.
Publications Michel Prost, Josiane Prost, Béatrice Mercier.

Bol d’Air® et veillissement

Une des grandes causes du vieillissement est la formation de radicaux libres. Or, le Bol d’Air® génère une protection antiradicalaire. Il est démontré que les taux d’hémoglobines glyquées (produits fortement producteurs de radicaux libres et liés au vieillissement) sont en plus faibles quantités chez les sujets inhalant les terpènes peroxydés.
Publication Béatrice Mercier – 2011.

Bol d’Air® et oxygénation « Durable »

Par une méthode très performante d’analyse du sang vivant et séché (Blood Morphological Analysis), le Docteur Hilu, Cancérologue, Spécialiste de Médecine Cellulaire en Espagne, met en évidence une amélioration de
l’oxygénation et une réduction des radicaux libres après 6 minutes d’inhalation. Ces améliorations perdurent et s’amplifient au fur et à mesure de la répétition des sessions respiratoires avec une réduction d’environ 30% des congestions hépatiques et cardiaques.

 

Bol d’Air®, nutrition et surpoids

Depuis 2003, les chercheurs italiens, nutritionnistes, endocrinologues, cliniciens, P. De Cristofaro, A. Pietrobelli et N.C. Battistini, ont communiqué sur le rôle de l’oxygénation dans le domaine de l’obésité : leurs travaux, présentés au Congrès international de San Diego USA (répertorié FASEB), « Congrès sur l’obésité » d’Helsinky et « Congrès mondial de l’obésité » de Prague, démontrent que l’utilisation du Bol d’Air® permet à la fois de diminuer la masse grasse corporelle et d’augmenter la masse maigre, de manière significative par rapport à un groupe témoin. Depuis, le Bol d’Air® est utilisé dans des centres spécialisés en Italie, en accompagnement et soutien naturel du traitement de l’obésité et des pathologies métaboliques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *